Interview de TBK, Community Manager chez VoxWave

Publié le 21 janvier 2015


TBK by noriko hayashi 250px

J'ai eu le plaisir d'interviewer TBK, Community Manager chez VoxWave, les développeurs de la première chanteuse virtuelle francophone : ALYS. J'ai pu lui poser des questions concernant le développement d'ALYS et l'impact que cette diva virtuelle franco-japonaise a eu et a actuellement sur le public. Voyons ce qu'elle a pu nous dire.


Bonjour TBK,


Peux-tu me dire en quoi consiste ton rôle au sein de VoxWave ?

Bonjour !

Je suis associée fondatrice de l’entreprise avec Drak-pa et Joffrey. Donc, même si je ne suis pas salariée, je dois m’occuper avec les garçons de tous les documents administratifs et les obligations en tant qu’entreprise avec eux. En général, c’est surtout Joffrey qui gère cette partie toutefois.

Pour mes activités plus régulières, j’assure le community management (la gestion des différentes plates-formes/sites et les correspondances avec les fans, par mails ou sur les réseaux sociaux). Si vous écrivez à VoxWave (ou ALYS) vous risquez donc très probablement de tomber sur moi. Sourire Je m’occupe également du site internet voxwave.fr, de la boutique en ligne (shop.voxwave.fr), des commandes sur cette dernière (j’ai les stocks chez moi et j’envoie les commandes). Je dois aussi m’occuper des fournisseurs pour les goodies justement, disponibles sur le Shop. Quand nous allons en conventions, je m’occupe de l’organisation avec Joffrey.

Voilà voilà !


Comment est née l’idée de créer ALYS ? Peux-tu me raconter ses débuts avant son premier clip ?

Oulà, ça commence à vraiment remonter tout ça ! :3 L’idée de départ vient de Drak-pa. Nous nous sommes tous rencontrés sur le forum de Vocaloid.fr, et à l’époque, malgré la demande, aucun VOCALOID francophone n’était prévu. Il s’est donc décidé à lancer ce projet (qui n’avait pas encore de nom à l’époque) et a rassemblé quelques personnes autour de lui pour constituer une petite équipe vers octobre 2012, je l’ai rejoins à ce moment. Drak-pa a pris contact avec un studio, afin de construire le projet à la même manière que VocaTone par exemple : nous développons le chanteur pour le studio qui détient la licence en sous-traitance, et ils se chargent de la distribution. Après plusieurs mois (notamment de recherches sur les fonctionnements administratifs) nous avons compris qu’il serait plus simple pour nous de gérer le projet de A à Z. En janvier 2013, nous trouvons un nom pour notre groupe : VoxWave.

En janvier 2013, nous annonçons à la communauté notre projet de VOCALOID francophone masculin. Malheureusement, tout cela s’est fait dans un élan de précipitation. Nous ne savions absolument pas comment gérer la communication pour un tel projet, comment s’organiser, comment planifier, comment interagir. C’est là que Joffrey nous a rejoint, et a pris le relais sur la direction du projet à Drak-pa. Nous avons réalisé que chacun avait des capacités spécifiques et en organisant le groupe de cette façon, nous avons gagné en efficacité et ça se ressent ! De janvier à août 2013, Drak-pa travaillait sur le script d’enregistrement francophone pour VOCALOID.

En octobre et novembre 2013, nous avons diffusé une enquête auprès des fans afin de connaitre leurs préférences pour ce futur chanteur francophone (genre, type de voix, type de design etc…), nous avons reçu un peu plus de 1000 réponses. Une fois celui-ci achevé, nous avons constitué un dossier de demande de licence pour YAMAHA, avec tous les documents administratifs encore une fois que cela impliquait. Ce dossier a été appuyé par d’autres studios vers décembre 2013/janvier 2014. En attente de leur réponse, nous avons continué de faire vivre le projet, afin de rassurer les gens et de montrer qu’il se poursuivait bien. L’enquête a révélé que les gens souhaitaient un personnage féminin. Nous avons donc demandé au public quel nom il souhaitait donner à ce personnage. Parmi les propositions, Alice est ressorti. Il correspondait plutôt bien à nos besoins : un nom simple à prononcer pour le français, l’anglais et le japonais, tout en gardant une consonance francophone. Nous l’avons adapté en « ALYS » afin de permettre une distinction plus facile dans la communauté.

De janvier à mars 2014, vint l’appel à projets pour son design, où plus de 432 propositions ont été reçues ! Ce fût vraiment un gros succès et nous en étions très heureux ! Il y avait tellement d’idées dans ces designs, c’était magnifique et nous étions vraiment surpris par la créativité des participants ! Nous avons passé une (très longue) soirée à débattre pour choisir le vainqueur et les runners-ups. Saphirya a gagné avec sa seconde participation. Quelques détails ont été changé sur son design d’origine afin d’aider ALYS pour la suite de sa croissance. Drak-pa a terminé le script francophone à cette période.

En mai et juin 2014, Joffrey s’est rendu au Japon pour ses travaux de recherche, mais également pour rencontrer différents partenaires japonais pour le projet. C’est à cette occasion que nous avons réalisé que le logiciel CeVIO donnait plus de possibilités pour le projet et nous permettait d’en faire ce que nous souhaitions vraiment.

Au retour de Joffrey, nous avons travaillé tout l’été pour développer un prototype pour ALYS, afin de ne pas attendre son passage sur CeVIO trop longtemps. Poucet que nous avions démarché et qui a accepté de prêter sa voix a réalisé les enregistrements des banques vocales française et japonaise avec Drak-pa et Kyu. Nous avons ensuite rassemblé plusieurs artistes et avons travaillé sur la première chanson d’ALYS.

La suite vous la connaissez ! Sourire


Historique du développement d'ALYS


ALYS a maintenant une voix, un design et a déjà fait 3 clips. Comment avez-vous sélectionnés les artistes annexes à VoxWave, qui ont participé officiellement à sa promotion ?

Tout simplement en observant leurs travaux, leur attrait éventuel pour le fandom et en leur demandant ! Kyu est un grand fan de Shindehai, et ce dernier était familier du fandom puisqu’il composait déjà avec VOCALOID. Kyu lui a donc demandé s’il était intéressé pour composer pour ALYS et il a dit oui. Nous connaissions Miky-Rei, l’animatrice MMD et vidéographe de Dans mon Monde, et JungYoungRinD., notre chorégraphe, par le forum de Vocaloid.fr. Pour le modèle 3D, c’est Noriko Hayashi l’illustratrice de MAIKA qui m’a parlé d’un modeler, Yoistyle, et j’ai adoré ses travaux. Je l’ai donc contacté pour faire le modèle d’ALYS. Saphirya s’est occupée des textures, Thomas Cyrix, le parolier de Dans mon Monde est un ami de Shindehai par le biais de VoxMakers, etc…

Finalement nous avons simplement demandé à notre entourage (notamment sur Vocaloid.fr, puisque nous sommes très proches de cette communauté) s’il était intéressé pour participer ! Sourire Ça permettait de travailler avec des gens de confiance et surtout motivés. Tous les autres artistes ont été recrutés soit au coup de cœur sur leurs travaux, soit par intermédiaire de nos proches selon nos besoins. À présent, les gens manifestent l’envie de participer également aux contenus et nous avons donc accueilli récemment plusieurs animateurs MMD en renfort ! Sourire Mais bien entendu, le projet est ouvert à tous ! Nous sommes juste énormément occupés et ne pouvons donc gérer que quelques contenus à la fois. À fortiori que plusieurs contenus signifient plusieurs équipes à gérer !


Quelle réception a eu ALYS auprès du public et de la presse ?

La réception a été très bonne ! Sa première chanson a été relayée par plusieurs sites, notamment Hitek, Crunchyroll et l’institut de France au Japon. Nous avions lancé ce projet parce que nous voulions un chanteur francophone et nous n’étions pas les seuls, d’où un accueil chaleureux ! Sourire Bien sûr, les gens ont été surpris sur ces premières chansons, notamment par le fait d’entendre de la synthèse vocale chantée en français pour la première fois, et surtout entendre cette synthèse réalisée sur un logiciel inadapté pour notre langue. Mais 100 000 vues en un mois est un score honorable pour une première chanson, et nous en étions très heureux.

Dans tous les cas, ALYS fait son petit bout de chemin, et nous l’accompagnerons quoi qu’il arrive !


Sa page officielle Facebook a actuellement plus de 6 500 likes. Es-tu satisfaite de la progression d’ALYS depuis ses débuts, au niveau de la communauté autour d’elle ? Est-elle connue dans plusieurs pays ?

Oui, bien sûr que j’en suis satisfaite ! Plus ce nombre sera élevé et plus nous pourrons convaincre facilement nos potentiels investisseurs. La communauté autour est tout simplement géniale. J’ai observé beaucoup moins d’agressivité sur la page qu’ailleurs et j’en suis très contente. J’espère que ce n’est pas à cause de mon attitude maternelle (rires). Et oui, ALYS est relayée dans plusieurs pays. Bien sûr les pays francophones, mais également les États-Unis, le Canada, le Brésil, le Japon, le Mexique, et la fanbase russe est également très active !


Avez-vous rencontré ou rencontrez-vous actuellement des difficultés dans le développement d’ALYS ?

Oui, bien sûr tout le temps (mais chut il ne faut pas le dire !)Langue tirée, mais plus que sur le projet ALYS en lui-même, c’est sur la création de l’entreprise que nous avons le plus de difficultés. L’administration est vraiment quelque chose de très compliquée. Il y a énormément de règles, de choses à respecter et rien ne fonctionne de la même manière. Nous nous battons chaque jour contre ça.
Concernant ALYS cette fois, le plus difficile est assurément la levée de fonds. Il s’agit d’une grosse somme (et c’est pour cela que nous ne passons pas par le financement participatif) qui couvrirait le fonctionnement de tout le projet et de l’entreprise. Toutefois, nous réfléchissons au lancement d’un projet fondé sur le financement participatif pour fêter le premier anniversaire d’ALYS le 10 mars prochain…

Coté création, même si nous fonctionnons par volontariat pour créer le contenu, ce n’est bien évidemment pas le cas des autres entreprises, et il faut de l’argent pour tout cela. Enfin même si elle est difficile, ça se fait doucement mais surement. Mais il ne faut vraiment pas hésitez à manifester votre intérêt pour le projet autour de vous : parlez-en à vos amis, vos proches, votre revendeur préféré de manga préféré ! (rires) C’est ça qui nous permet d’appuyer nos demandes ! Sourire


Une mascotte a fait son apparition récemment, au coté d’ALYS, un chat nommé Lupin. Pourquoi lui avoir donné un animal de compagnie et d’où lui vient son nom ?

Après publication d’Avenir, les gens se sont vraiment amusés avec le « y’a un chat » qui sortait de nulle part. Noël approchant, nous avons décidé de donner un cadeau à ALYS et de vraiment apporter ce chat. Il est le parfait alter ego de la personnalité d’ALYS, même si il reste bienveillant au fond de lui. Sourire

Son nom a été choisi par vote du public, suite aux propositions de ce dernier !


Quels objectifs avez-vous pour ALYS et personnellement, que souhaiterais-tu pour elle ?

Nous souhaitons que son image d’égérie et d’icône se renforce dans les années à venir, et qu’elle finisse par inspirer, non pas seulement les fans de culture japonaise ou les geeks, mais vraiment tout le monde ! De mon côté, je rejoins cette idée d’égérie. J’aimerais vraiment qu’ALYS puisse inspirer, parfois guider des personnes et apporter son aide plus ou moins directe à ceux qui en ont besoin. Nous avons déjà eu des témoignages dans ce sens et cela nous a vraiment surpris et ému. Si elle peut aider les gens, sur un plan créatif ou personnel, alors je serai la plus heureuse, sincèrement.


Dernière question, question personnelle : quels sont tes chanteurs/chanteuses virtuel(le)s préféré(e)s ?

Ma favorite en tant que personnage (hormis ALYS bien sûr) restera Luka, mais j’adore Prima, VY2 et Yuzuki Yukari côté voix ! Sourire


Je te remercie TBK. Merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions.

 

Liens :

>> Site officiel de VoxWave
>> Boutique en ligne VoxWave
>> Page Facebook d'ALYS
>> Page Facebook de VoxWave
>> Page Twitter de VoxWave

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site